Vous ne pouvez pas créer de nouvelle commande depuis votre pays : United States

  

Offrir une carte cadeau

  
Saison atypique

Saison atypique

La saison apicole touche tout doucement à sa fin. Elle fut atypique pour beaucoup d'entre nous avec des réussites mais aussi des déceptions pour certains. Il aura fallu jongler entre le froid du printemps, la sécheresse et la chaleur du début d'été. Décidément, il n'est pas facile d'être apiculteur de nos jours! A ce sujet, il me parait important d'insister sur la qualité de son cheptel. La reine et  la colonie qui en descend sont, à mes yeux, un facteur essentiel si l'on veut faire autre chose que juste détenir des abeilles. Que l'on soit en abeille noire, Carnica ou Buckfast, assurer une bonne génétique est un gage de réussite car les sélectionneurs et les éleveurs font un gros travail pour maximiser les souches proposées au grand public. La douceur, la tendance à l'essaimage, l'instinct de récolte,...autant de qualités qu'il serait dommage de laisser s'éroder au fil des remérrages hasardeux. La solution de facilité serait de racheter des reines fécondées à des éleveurs renommés. Malheureusement, la demande dépasse souvent l'offre et la disponibilité est souvent aussi aléatoire que le moment où l'on justement besoin de renouveler ses reines! Les plus aguerris se lanceront dans leurs propres élevages, à condition d'être méticuleux et organisé. Mais le jeu en vaut la chandelle; disposer de bonnes reines, jeunes et vigoureuses, à n'importe quel moment de l'année est un confort et une tranquillité d'esprit non-négligeable!

La fin de saison est aussi l'occasion de traiter contre la varroase. Quelle que soit la méthode choisie, il est important de traiter dès le retrait des hausses pour garantir des abeilles d'hiver en parfaite condition.Le choix du traitement reste à la discrétion de chacun, un grand flou régnant toujours à ce sujet malgré les recommandations de l'AFSCA. Pour ma part, je laisse tomber le traitement par flash formique, beaucoup trop aléatoire et dépendant fortement des conditions de température. Le traitement formique de longue durée en utilisant des évaporateurs type Nassenheider pro ont leurs fervents adeptes comme au Luxembourg. Les méthodes biotechniques comme l'encagement de reine pour faire un "trou" de couvain semble prometteur mais doit être entamé tôt et surtout pas après le 10-15 juillet. C'est la méthode que je testerai cette année et que je compléterai, au terme de la période d'encagement (idéalement 24 jours) , par 2 fumigations d'acide oxalique: la première à la libération de la reine et la seconde endéans 6 jours maximum (avant l'operculation des premières nouvelles pontes de la reine).

 L'arrière-saison est aussi l'occasion de réorganiser le nid à couvain. Les cadres de plus de 3 ans, trop noirs, mal construits, déformés,...seront déplacés en rives en vue de leur remplacement le printemps prochain.

 Et enfin, le nourrissement d'hiver est devenu incontournable et devra être terminé au plus tard le 15 septembre avec un sirop de qualité. Une pesée de la ruche avant et après le nourrissement permettra de suivre la consommation hivernale de la grappe et au besoin, d'intervenir si par malheur une ruche devenait trop légère avant les premières rentrées de nectar 2018. 

C'est maintenant que se prépare la prochaine saison, ne l'oublions pas!

Auteur : Fred l'apiculteur

Frédéric Calmant, apiculteur Liégeois depuis plus de 15 ans

Retrouvez tous les articles de Fred sur son site exometeofraiture